26–29 septembre 2016 : FICTIONS. Penser le monde par la littérature

49e-Rencontres-Internationales-de-Geneve-Universite-de-Geneve-Michel-Porret-British-Library-Blitz-Fictions

« La pyramide des martyrs obsède la terre. »
René Char, « Le Bouge de l’historien », Seuls demeurent, 1938-1944.

Avec leurs agencements esthétiques, narratifs et imaginaires spécifiques, la littérature et la poésie expriment — pour le dire sommairement —, le bonheur et l’épreuve de la présence humaine au monde. La fiction est peut-être l’alliée cognitive des sciences humaines et sociales qui veulent donner du sens à l’Histoire. Ensemble, ces savoirs constituent les pivots indispensables de l’éducation scolaire, ainsi que de l’enseignement et de la recherche universitaires qu’il faut préserver et enrichir dans l’héritage éthique, politique et culturel de l’humanisme critique et des Lumières.

Lecteur assidu, essayiste, poète, « cinégraphe », nouvelliste, auteur notamment de Fictions (1944), l’immense écrivain argentin Jorge Luis BORGÈS (1899-1986) est inhumé au cimetière des Rois à Genève — ville internationale de ses études. Comme un trop modeste hommage à la modernité poétique et philosophique de son œuvre qui a changé les perspectives du regard sur la littérature en son jeu spéculaire avec le réel, la 49e session des Rencontres internationales de Genève est consacrée aux infinis rapports que l’imaginaire littéraire entretient avec les désordres et les incertitudes du monde contemporain, ainsi que la responsabilité sociale de l’écrivain.

Pour terminer l’été, cette session invite chaleureusement la cité à une prometteuse conversation cosmopolite de quatre jours avec quatre auteurs prestigieux venus du Canada, d’Italie, de Grèce, d’Algérie : Madame Kim THUY ; Messieurs Erri DE LUCA, Petros MARKARIS, Boualem SANSAL. Leurs conférences inédites ouvriront sur des tables-rondes et des débats publics. Selon leurs choix existentiels et leurs engagements individuels, ces écrivains incarnent la littérature contemporaine comme une « parole contraire », mais aussi comme une éthique résistante face aux maux et aux violences du monde déboussolé et sécuritaire d’aujourd’hui, avec son cortège de civils massacrés, de migrants désespérés, d’intellectuels inquiétés, censurés, traduits en justice, brutalisés, voire abattus pour des motifs religieux et politiques, mais aussi de saccages environnementaux et de dégradations socio-économiques, matrices de précarités et d’inégalités.

Pourtant, au-delà des choix poétiques, esthétiques et de genres littéraires, au-delà de son usage social et de son approche herméneutique, la littérature porte certainement un espoir pour penser ensemble le monde meilleur et plus fraternel auquel nous rêvons : à « chaque effondrement des preuves le poète répond par une salve d’avenir » (René CHAR).

Michel Porret.
Président des Rencontres internationales de Genève.