Les Rencontres Internationales de Genève rassemblent, depuis 1946, des écrivains, des penseurs, des scientifiques et des savants de divers horizons pour les engager dans un dialogue sur les grands problèmes du temps présent, pour contribuer ainsi à une meilleure compréhension du monde et de l’évolution des savoirs. Elles ont accueilli en un demi-siècle les plus grands intellectuels européens.


MERCREDI 11 NOVEMBRE

Téléchargez le flyer

14h – 16h(sur réservation)

Projection du discours de Robert Badinter sur l'abolition de la peine de mort (1981)
FONCTION: CINÉMA, Maison des Arts du Grütli, Rue du Général-Dufour 16, 1204 Genève


18h30 – 20h30

Conférence "Le terrorisme et la loi" de Robert Badinter, suivie d'une discussion/débat
Uni Dufour, auditoire Jean Piaget, diffusion en direct à l'auditoire Rouiller, Rue du Général-Dufour 24, 1204 Genève


VIDÉO DE LA CONFÉRENCE

Découvrez ou redécouvrez la conférence de Robert Badinter sur "Le terrorisme et la loi", donnée le 11 novembre dernier dans le cadre des 48èmes Rencontres internationales de Genève.

Regarder la conférence


LE TERRORISME ET LA LOI

Depuis le 11 septembre 2001, le terrorisme alarme et blesse nos sociétés. Aux États-Unis (Patriot Act) et en Europe, y répond un tournant sécuritaire, vraisemblablement renforcé depuis deux ou trois ans. Voulant démanteler les filières et répondre aux peurs collectives face à la nébuleuse terroriste, cette politique sécuritaire pose sous l’État de droit le problème de la garantie constitutionnelle et morale des libertés individuelles - formes de détention inédite, usage de la torture et plus largement amplification des méthodes électroniques de surveillance générale ou individuelle. Quel est alors l’arsenal juridique strictement nécessaire à prévenir légalement et à réprimer proportionnellement les pratiques du terrorisme ? Cette problématique est cruciale dans un régime démocratique dont le libéralisme pénal est hérité des Lumières. Pour penser l’actualité du rapport juridique mais aussi politique entre le terrorisme et la loi garante des droits de l’Homme, la 48e session des Rencontres internationales de Genève propose une conférence exceptionnelle de l’ancien garde des sceaux Robert Badinter. Artisan de l’abolition de la peine de mort en France en 1981, partisan d’un parquet européen et proposant aujourd’hui la refondation du droit au travail, le ministre Robert Badinter évoquera les conditions légales de la réponse au terrorisme dans le cadre des traditions juridiques de l’État de droit et du régime démocratique. L’enjeu politique de l’antiterrorisme réside à éviter l’auto-défense des législations d’exception qui constituent, certainement, le piège fatal où nous précipite le terrorisme.  


Michel Porret, Président des Rencontres internationales de Genève


CONFÉRENCIER


ROBERT BADINTER – Né à Paris en 1928, avocat et professeur de droit, Robert Badinter a défendu des causes célèbres contre la peine de mort. Parallèlement, il milite pour les droits de l’homme et adhère au Parti socialiste en 1971. En 1981, François Mitterrand le nomme garde des Sceaux. En tant que ministre de la Justice, il fait voter la loi du 9 octobre 1981 abolissant la peine de mort. On lui doit également des mesures telles que l’abrogation du délit d’homosexualité, la suppression de la cour de sûreté de l’Etat et des tribunaux permanents des forces armées, le renforcement des droits des victimes et l’amélioration de la condition carcérale. Il a été président du Conseil constitutionnel de 1986 à 1995. Il a également présidé la commission d’arbitrage de la CEE sur la paix dans l’ex-Yougoslavie. De 1995 à 2011, il a été sénateur des Hauts-de-Seine. Il a enfin présidé la cour de conciliation et d’arbitrage au sein de l’Organisation pour la sécurité et la coopération (OSCE) jusqu’en 2013. Robert Badinter est l’auteur de nombreux ouvrages littéraires et d'un livret d'opéra.